Dimanche 1er juillet une cinquième femme entrait au Panthéon.

Cet évènement est l’occasion pour nous tous de saluer la mémoire de Simone Veil qui marqua par son intelligence et sa volonté l’histoire de notre République.

Dans son discours, le président de la République a admirablement souligné l’importance de son action. Témoin et victime de certaines des pires atrocités que l’humanité ait connues, apôtre infatigable de la tolérance et de la paix entre les peuples, qui mieux qu’elle pouvait représenter le rêve d’unité européenne lorsqu’elle est devenue première présidente élue du parlement européen.

Alors que rien ne la prédestinait à cette fonction, elle a été l’un des plus grands ministres de la santé que nous ayons connu. Chacun de ses combats était mené par pragmatisme et non par idéologie. Son bilan dépasse largement son combat pour les droits des femmes. Nous lui devons les premières lois contre le tabagisme et les premières mesures d’inclusion des personnes handicapées. Elle mena également un grand combat pour la protection de l’enfance.

Elle avait comme principale motivation l’intérêt des plus faibles. Figure inclassable sur l’échiquier politique, Simone Veil était une femme d’État, une figure fédératrice qui transcendait les clivages partisans au service de causes qui la dépassaient.

Pour toutes ces raisons elle rejoint aujourd’hui le sixième caveau du Panthéon. L’Europe, la justice, la dignité humaine, autant de causes qui alimenteront ses conversations avec ces quatre héros français : Jean Moulin, René Cassin, Monnet et Malraux auxquelles se joindra Antoine, son mari.

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin