Le mercredi 2 juin 2021, les députés ont adopté, en première lecture, le projet de loi relatif à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement. Dans la continuité de la loi du 30 octobre 2017 renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, nous saluons le vote de mesures fermes, dans le respect des libertés individuelles. Elles sont nécessaires pour faire face à la menace des sortants de prison et des nouvelles formes de radicalisation, notamment en ligne et sur les réseaux sociaux.

J’ai porté plusieurs amendements sur ce texte, dont un a été adopté.

J’ai défendu le fait de donner la possibilité à l’État de fermer tous les lieux administrés par une personne administratrice également d’un lieu ayant fait l’objet d’une mesure de fermeture.

La radicalisation est protéiforme : une personne radicalisée l’est en tout temps et en tous lieux. S’il n’est plus possible pour une personne de tenir des propos dangereux pour notre société dans un lieu de culte, il est fort probable qu’elle cherche à les tenir dans un autre lieu.

Ce projet de loi complète les moyens d’enquête en matière de terrorisme et renforce les mesures de contrôle des personnes présentant un danger pour notre société.

Désormais, les terroristes ayant purgé une peine de prison continueront d’être surveillés s’ils sont toujours radicalisés.

Face à l’évolution de la menace, nous prenons des mesures fortes et nécessaires pour la sécurité des Français

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin